Exposition collective
Du dimanche 10 octobre au dimanche 21 novembre

 

Le rapport de l’homme à l’animal : vaste sujet, universel et inépuisable s’il en est. Question de société, aussi, plus actuelle que jamais! Et grande exposition-bestiaire pluridisciplinaire qui balaie tous les registres, en deux temps et deux lieux (OYOU et galerie Juvénal). Avec une sélection d’artistes mais aussi des photographies et documents anonymes, des travaux d’étudiants, des objets de curiosité, des propositions spontanées, des intrus beaux ou moches, mignons ou monstrueux, à poils, à écailles ou à plumes…

« Nos animaux les bêtes » - une exposition en collaboration avec la Fondation Bolly-Charlier*
OYOU, 4 place de Grand-Marchin, Marchin
Galerie Juvénal, Place Verte à Huy

(* le titre est emprunté à un album de Lefred-Thouron — éd. Delcourt, 2002)

Les grands bouleversements mondiaux récents (crise sanitaire, dérèglement climatique, tensions sociales, choc des cultures…) ont tantôt occulté, tantôt exacerbé une problématique à la fois particulière et universelle: celle du rapport de l’homme à l’animal. Qu’est-ce au juste qui nous fascine en lui? Observons-nous encore les bêtes? Nous avons depuis la nuit des temps vécu dans leur compagnie: ils ont nourri nos rêves, peuplé nos légendes, donné sens à nos origines et à nos destinées. Ils témoignent à la fois d’une irréductible différence, d’une étrangeté qui n’a cessé de nous questionner et de nous intriguer… 

S’intéresser à la représentation de l’animal, ce n’est pas seulement observer comment nous nous les représentons: c’est aussi se demander comment ils nous regardent, quels signes ils nous adressent. Si l’animal a depuis longtemps endossé de multiples fonctions, magiques, divinatoires, sacrificielles…, la question de son statut, voire de ses droits, a depuis un siècle ou deux connu de rapides et profonds bouleversements. 

Alors qu’avec la sixième extinction de masse, ils sont aujourd’hui menacés de disparition de l’espace terrestre, les animaux sont de plus en plus nombreux à occuper celui de nos imaginaires. Cette exposition en forme de libre bestiaire balaie tous les champs et registres, de la photo animalière au militantisme écologique, de la science au divertissement, du geste pictural épuré jusqu’aux tendances abêtissantes des réseaux sociaux, du tâtonnement de l’étudiant au fétiche kitsch… 

Une expo en deux temps et deux lieux avec Yves Buffalo, Sylvie Canonne, Christine Couvent, Sabine Delahaut, Françoise Deprez, Stief Desmet, Martine Henry, Benjamin Monti, Sébastien Pins, Laurie-Anne Romagne, Jean-François Spricigo, Jacques van Damme, Dominique Van den Bergh... mais aussi des photographies et documents anonymes, des œuvres proposées spontanément, des travaux d’étudiants, des collections et objets de curiosité… En lien avec l’expo « LOVE » au Musée de la vie wallonne à Liège (printemps-hiver 2021). 

Exposition accessible du samedi 2 octobre au dimanche 14 novembre à Huy et  du dimanche 10 octobre au dimanche 21 novembre à Marchin les vendredis, samedis et dimanches de 14h à 18h. Le dimanche 10 octobre, de 11h à 18h. Entrée libre.

Illustration : Sabine Delahaut